LE CHANT DES SOLITAIRES
Je suis bien arrivé, dans cette ville grise,
c'est bien pour oublier l'eau sale de Venise.
Il y a des amoureux, je n'les vois pas,
j'ai de la buée plein les yeux, mais ça va.

Je te donne l'adresse, oh, écris-moi maman,
j'ai besoin de tendresse, comme un petit enfant...
Donne-moi de tes nouvelles, mais ne dis rien,
Non, ne dis surtout rien d'elle, rien de rien.

C'est pour tous les solitaires, que je chante cet air-là.
Ils sont des milliers sur terre, ce soir je suis de ceux-là.
Des millions de solitaires sont seuls comme je le suis,
ils traînent autour de la terre, leurs chagrins et leur ennui.

Je suis seul à Venise, je suis venu quand même.
noyer dans ces eaux grises, ses lettres et ses « je t'aime ».
Je ne sais pas comment mais... j' m'en sortirai.
Et je n'aimerai plus, non, plus jamais.

C'est pour tous les solitaires, que je chante cet air-là,
ils sont des milliers sur terre, ce soir je suis de ceux-là...

J'ai rejoint le rang des solitaires,
ceux qui marchent seuls, qui dorment seuls,
ceux dont la mémoire tourne à l'envers...
J'ai rejoint le rang des solitaires...

C'est pour tous les solitaires, que je chante cet air-là ,
ils sont des milliers sur terre, ce soir je suis de ceux-là.
Des millions de solitaires sont seuls comme je le suis.
Ils traînent autour de la terre, leurs chagrins et leur ennui.






Paroles : AM Gaspard et Claude Barzotti / Musique : Claude Barzotti