Michelange l'artiste :
cliquez pour agrandir




Mikelangelo Loconte

C’est à Bruxelles que j’ai rencontré Michele Loconte. Il participait à la finale du « Festival européen de la chanson italienne », une compétition qui oppose les finalistes sélectionnés dans des concours organisés dans leurs pays respectifs.
J’y accompagnais Fabrizio Zeva, un jeune chanteur que je produisais à l’époque. J’étais assez réticente pour ce genre de compétition puisque « mon » interprète chantait en français….mais devant son insistance, nous avions cédés.
Il avait d’ailleurs gagné le concours régional puis national et se retrouvait, en 1997 si j’ai bonne mémoire, en concurrence avec les meilleurs chanteurs venus de France, d’Italie, d’Allemagne et de tas d’autres chanteurs venus de la communauté européenne.
J’ai dû admettre qu’il avait eu raison puisqu’il a remporté ce concours, juste devant un certain Michele Loconte.
Quand Michele est entré en scène, et moi j’étais sure qu’il allait gagner lui, il s’est vraiment passé quelque chose d’extraordinaire.
C’est vraiment le genre de rencontre artistique que tout le monde rêve de faire, pour moi, il était unique, je n’avais jamais croisé un artiste qui avait une telle personnalité !
L’organisateur m’a fait croire qu’il avait un contrat d’exclusivité avec Michele et j’ai mis six mois à le retrouver en Italie. A l’époque, j’écrivais une comédie musicale avec Claude Barzotti et je lui ai envoyé des démos pour qu’il fasse des essais…et nous avons tous les deux été emballés par sa voix et ses particularités. J’ai même ajouté un long rôle au spectacle pour pouvoir y intégrer Michele.
Nous avions un producteur, l’accord de principe de Jean-Luc moreau pour monter le spectacle et….notre producteur est décédé d’une maladie en quelques mois.
Claude Barzotti n’a pas jugé utile de sortir le double album (pourtant enregistré dans le studio CBE avec Bernard Estardy) et le projet est toujours en stand-by…
Nous avons (ma famille et moi) hébergé Michele pendant un long moment, ce qui fut une expérience magnifique puisque nous pouvions travailler de nouveaux titres, en français, dans un home studio.
Puis, il a continué sa route vers Liège, a multiplié les rencontres et a fini par devenir Mikelangelo Loconte pour être Mozart dans « Mozart, l’opéra rock », un rôle qu’on aurait cru écrit pour lui…tant il l’habitait.
Il prépare son premier album solo, nous continuons à travailler ensemble et pour moi c’est vraiment non seulement une grande rencontre professionnelle mais aussi un ami précieux.



http://www.mozartloperarock.fr/